Retour Accueil
Bienvenue à Bron
Droits / démarches
Vie municipale
Cadre de vie
Culture
Sport / Loisirs
Associations
Economie / emploi
Urbanisme
Lancer la recherche
|
Accueil  /  Vie municipale  /  Conseil municipal  /  Expression des élus
|
Tribunes
Changement de rythmes…
 
Nous ne reviendrons pas ici sur l’élection du nouveau Président de la République. L’esprit républicain veut néanmoins que nous saluions son arrivée à l’Elysée. Par ailleurs, nous savons en toute circonstance distinguer la politique nationale de ce qui se passe réellement en local, dans notre ville.
Nous nous exprimerons prochainement sur ce sujet car il mérite des éclaircissements.

A ce titre, nous avons bien noté que le programme d’Emmanuel Macron laisse la liberté aux communes de choisir si elles veulent ou non revenir à la semaine de quatre jours, système en vigueur avant la réforme des rythmes scolaires de Vincent Peillon de 2013. Cette décision a deux mérites :
- reconnaître que les nouveaux rythmes scolaires ne rencontrent l’adhésion ni des parents ni des enfants,
- redonner le choix aux communes en fonction de leurs particularités et leur sociologie.

Notre groupe a toujours été opposé aux nouveaux rythmes scolaires qui nous paraissaient mal préparés et traités de façon superficielle. A Bron, la réforme a été mise en place à la hâte et dans la douleur. En 2015, notre groupe a réalisé une enquête dans 9 groupes scolaires en questionnant plus de 450 familles. Résultat : 95% des personnes interrogées étaient catégoriques en affirmant que cette réforme n’apportait rien, sinon de la fatigue pour les enfants. Nous demandons un bilan réel des rythmes scolaires à Bron depuis de nombreux mois. Ce rapport, maintes fois promis par la majorité, n’a toujours pas été communiqué. On peut imaginer, sans trop se tromper, qu’il ne serait guère flatteur.

L’élection présidentielle donne donc l’occasion à Monsieur Longueval et à son exécutif — désormais hétéroclite — de trouver une porte de sortie honorable. Dans l’intérêt des parents et des jeunes enfants, il faut renoncer à cette réforme inutile qui a été pensée dans un Ministère, trop loin de la réalité du terrain. Elle pénalise les parents qui sont soumis aux contraintes de leurs horaires de travail et les enfants qui, au final, sont plus fatigués qu’avant.

En revanche, il serait maladroit de remettre en cause cette organisation pour la prochaine rentrée scolaire de septembre 2017. Il faut laisser le temps aux familles de s’organiser sereinement, sans les prendre à défaut trop rapidement. Un retour à la normale pour la rentrée 2018 nous semble préférable.

Par ailleurs, cette réforme impacte lourdement les finances de la ville. Le budget alloué à la réforme des rythmes scolaires est au minimum de 300 000 euros dans notre commune, provisoirement soulagé par une aide de l’État de 140 000 euros. Or, en 2019, cette aide va disparaître. A l’heure où nous devons réaliser des économies et où nous devrions affecter des budgets supplémentaires vers la sécurité et le cadre de vie, il serait anormal de continuer à payer pour cette réforme inefficace.

Nous demandons donc à la mairie de prendre la décision de revenir sur les rythmes scolaires, d’en anticiper la suppression, de communiquer auprès des familles et de réserver le budget ainsi économisé pour la sécurité des Brondillants et l’amélioration trop longtemps attendue des marchés forains de la place de la Liberté.

Yann Compan, Evelyne Brunet, Marc Dubief, Valérie Boulard,
Nicolas Cristin, Fred-Ann Labeeuw, Jacques Champier
Groupe “UN AVENIR POUR BRON”



« Omerta » sur Albert Camus

Sans réponse du Maire à notre lettre du 12/10/ 2016 malgré la saisine de la CADA, nous sommes intervenus au conseil municipal du 27 mars dernier sur le rapprochement Camus/Pôle Pik, quant aux incidences sur les personnels. En effet, une précarité des personnels s’est installée avec l’aval de la Présidente du conseil d’administration (C.A), adjointe à la culture, siégeant par délégation du Maire :

Régisseurs plateau et lumière deux démissions 2015 et 2016, remplacés par des intermittents.

Multiplications de CDD à la Comptabilité/affaires financières suite au départ en retraite de la titulaire en 2012. Accueil / Billetterie / secrétariat : CDI 2012/2013 démissionnaire, 2e CDI démissionnera en décembre 2013. Janvier 2014 3e CDI partira sur rupture conventionnelle négociée par intervention du médecin du travail suite à un burnout ! Ce dernier interviendra sur d’autres burnouts !

Location des salles : CDI 2012 à septembre 2016 date du licenciement économique. Surprenant car le C.A du 29/02/2016 a validé le bilan 2015 avec un excédent et entériné un budget primitif 2016 avec des dépenses/ recettes équilibrées dont certains financements acquis ! Le C.A, instance de décisions, n’a pas été consulté pour ce licenciement : rien dans l’ordre du jour et comptes rendus des C.A des 29/02 et 6/07/2016 !

Le reclassement proposé en qualité d’employée alors que la personne était agent de maitrise, avec une diminution de salaire de 260,71€ brut par mois semble présenter un caractère abusif, d’où notre alerte à  l’inspection du travail par lettre recommandée !

Bernard Justet, Stéphane Genin
Groupe “À BRON TOUT NOUS RASSEMBLE”






Un nouvel élan pour le spectacle vivant

Le début de l’été approche et avec son arrivée va souffler un vent nouveau pour la culture et en particulier le spectacle vivant à Bron.

Notre grande ambition en matière culturelle a toujours été de permettre le développement de la culture sous toutes ses formes et d’en garantir l’accès au plus grand nombre.

Mais, comme dans les arts où l’inventivité est reine, le renouvellement doit être une constante en matière culturelle. Ainsi, l’ambition qui est la nôtre ne peut se réaliser que si l’on est toujours prêt à relever de nouveaux défis.
C’est dans cet état d’esprit que nous avons travaillé au rapprochement de deux structures culturelles brondillantes majeures : l’Espace Albert Camus, lieu de diffusion de spectacles, et le centre chorégraphique Pôle Pik, lieu de création artistique. Des synergies existent déjà entre ces deux lieux et ces deux équipes qui travaillent ensemble notamment pour le festival Karavel. Mais nous avons voulu aller encore plus loin afin de les mobiliser pour dynamiser plus encore notre politique culturelle sur le territoire au profit des publics.
Cette volonté de rapprochement a donné naissance au projet “Pôle en Scènes”, un projet en totale cohérence avec notre politique culturelle et qui, comme le dit Monsieur le Maire « promeut les valeurs de partage et d’enrichissement mutuel, dans une société tentée par le repli sur soi et qui propose l’ouverture et les échanges pour répondre aux bouleversements qui divisent notre société ».
Nous avons souhaité en confier la direction artistique à Mourad Merzouki. C’est une chance et un honneur d’avoir à nos côtés ce grand artiste, ce grand chorégraphe, internationalement reconnu. Nous le savons très attaché à Bron. Nous sommes convaincus que son inventivité, sa créativité et son dynamisme sont autant de garanties pour la réussite de ce projet qui, à n’en pas douter, permettra de faire plus encore rayonner Bron dans le monde de la culture, et aux Brondillants d’accéder à une offre culturelle diversifiée et interdisciplinaire.

La nouvelle saison de l’Espace Albert Camus sera marquée de son empreinte. La danse, ou plutôt les danses, y auront naturellement une place de choix aux côtés des arts du cirque, de la musique, du théâtre, de la danse et de l’humour. La programmation sera présentée au public le 20 juin prochain. Gageons qu’elle lui offrira son lot de découvertes, de rencontres, d’émotion et d’émerveillement.

Puis du 6 au 9 juillet c’est le Fort de Bron qui ouvrira à nouveau ses portes au public pour la première édition de “Fort en scènes” qui se veut à la fois la poursuite et le renouveau des grands rendez-vous culturels au fort de Bron. Théâtre, cirque, cinéma, mais aussi convivialité seront une nouvelle fois au rendez-vous !

J’espère vous y retrouver nombreuses et nombreux.

Mireille Spaggiari-Meynet,
Groupe socialistes et apparentés


Du renouveau à la MJC !


Après la création de la salle Jack Jack lors du mandat précédent et dont la réputation n’est plus à faire, la poursuite de la rénovation de la MJC Louis Aragon faisait partie des engagements que nous avons pris devant les Brondillants en 2014.
Parole donnée, parole tenue. C’est ainsi que les travaux de la deuxième phase de rénovation du bâtiment débutent en ce mois de juin.
C’est un investissement majeur du mandat en termes financiers puisque le coût de cette opération s’élève à 3,7 millions d’euros.
C’est surtout un investissement majeur en termes humains : en effet, comme son nom l’indique, la “Maison des Jeunes et de la Culture” est un outil au service de la jeunesse, au service la culture, au service de l’humain et du vivre ensemble auquel nous sommes tant attachés, bref, au service de l’avenir.
Les travaux qui vont y être menés permettront de faire le lien entre l’histoire de la structure (en respectant et valorisant son architecture originelle et originale), son avenir et ses projets futurs.

Ces travaux ont été préparés et anticipés dans un dialogue constructif entre la Ville et l’équipe dirigeante de la MJC.
Objectif majeur de cette anticipation : que les activités et les adhérents pâtissent le moins possible des conséquences inévitables d’une période de travaux. Ainsi, par exemple, le calendrier est prévu sur une saison complète puisqu’ils auront lieu de juin 2017 à juin 2018, afin de ne pas empiéter sur deux saisons.
Un gros travail a également été réalisé par les services municipaux afin de rendre possible le déplacement, pour la saison, de certaines activités : 12 d’entre elles, sur les 60 que propose la MJC, auront ainsi lieu dans d’autres locaux (Maison des Arts, maison des Sociétés) et seules deux d’entre elles ne pourront pas avoir lieu la saison prochaine. Ainsi, grâce à ce travail, nous permettons à la quasi-totalité des 1800 adhérents de poursuivre leur activité favorite.
De même, les salariés de la MJC seront accueillis pendant un an dans un openspace dans la salle du Cosmos. Le service de la Vie associative accueille ainsi une de ses plus grandes associations dans ses murs.

Nous voulons ici remercier l’ensemble des services municipaux qui ont participé à ce projet pour leur anticipation ainsi que les équipes dirigeantes de la MJC pour leur collaboration efficace et constructive. Et puisque l’occasion nous est donnée, nous voulons ici remercier Daniel Faure et Fabrice Dodon, respectivement directeur et président de la MJC, qui l’ont quittée tout récemment, pour toutes leurs années au service des Brondillants.
Enfin, nous voulons remercier les adhérents pour leur compréhension : ils savent que cette période de légères contraintes est annonciatrice d’un plus grand confort à l’avenir et la promesse d’un avenir garanti à la MJC.

Et en parlant d’avenir, nous souhaitons la bienvenue au nouveau directeur, Stéphane Gibernon, et à la nouvelle présidente du Conseil d’Administration de la MJC, Amandine Monnet. Sa jeunesse est particulièrement à saluer en ces temps de crise de l’engagement bénévole associatif.
Ce renouveau est réjouissant et il est sans doute le gage de la poursuite du dynamisme de la plus grosse association brondillante, partenaire qui nous est cher.

Lucile Morel et Eric Arderighi,
Groupe socialistes et apparentés