Retour Accueil
Bienvenue à Bron
Droits / démarches
Vie municipale
Cadre de vie
Culture
Sport / Loisirs
Associations
Economie / emploi
Urbanisme
Lancer la recherche
|
Accueil  /  Vie municipale  /  Conseil municipal  /  Expression des élus
|
Tribunes
Quand le hasard fait bien les choses !
 
Une fois n’est pas coutume, Bron a la chance de voir arriver des projets attendus et promis depuis fort longtemps. Mais ce sont des cadeaux plutôt à mettre à l’actif du père Noël qu’au crédit de l’action de l’équipe municipale. Ainsi, l’alignement des planètes accélère-t-il l’implantation d’établissements pour personnes âgées à Bron et la nouvelle phase de la politique de renouvellement urbain, portée majoritairement par l’État, permettra de transformer une partie de Terraillon et la destruction de l’UC 1 à Parilly. Joyeux Noël Monsieur le Maire !
Le vieillissement progressif de la population est une réalité que les communes doivent prendre en compte. Notre groupe y est particulièrement sensible car le social et la protection des plus faibles n’est plus le souci de la gauche, on l’a vu lors du quinquennat de François Hollande. La majorité sortante avait promis un EPHAD (Etablissement Public Hospitalier pour personnes Âgées Dépendantes) et le manque de structures de soin pour les personnes âgées a été âprement discuté lors de la campagne municipale de 2014.
Un peu comme par magie, et sans que le maire de Bron y soit pour grand chose, deux projets d’EPHAD vont aboutir à moyen terme à Bron. Le hasard fait parfois de la bonne politique.
Le premier projet est une création d’un établissement de 80 lits dans le quartier du Terraillon, suite à l’autorisation de l’Agence Régionale de Santé. C’est une bonne chose pour le quartier et pour notre ville. Alors pourquoi la situation a-t-elle évoluée positivement ? Tout simplement parce que les règles du jeu ont changé.
Le second projet est une belle histoire ; là encore, la mairie n’y est pour rien. Les descendants de la famille Palthey ont décidé de céder gracieusement au bénéfice des “Orphelins apprentis d’Auteuil“ (une association dont la vocation est d’assurer l’insertion, par le travail et l’apprentissage, de jeunes en échec scolaire notamment) plus d’un hectare de terrain juste en contrebas de l’hôpital Neuro-Cardio. La fondation Andrée Mouterde est née. L’EPHAD de Vaulx-en-Velin, dont la rénovation était indispensable, pourra être transféré place-pour-place sur ce nouveau site. Il ne s’agit donc pas d’un nouvel établissement mais d’un déplacement d’une ville à une autre. Saluons la sagesse du maire de Vaulx-en-Velin qui a refusé une coûteuse réhabilitation de son EPHAD. Sur ce dernier projet la seule action de la mairie, malheureusement, a été de faire obstacle à la concertation entre les promoteurs et les riverains… On reconnaît la méthode du maire : dissimuler les dossiers en espérant qu’ils ne soient pas déterrés à temps. C’était sans compter sur notre vigilance.
Il en va de même pour la rénovation urbaine. Monsieur Longueval en fait un temps fort de la fin de son mandat (les projets aboutiront juste avant les élections municipales de 2020). Mais les projets de renouvellement des 300 logements du quartier de Terraillon et la destruction de l’UC 1 sont rendus possibles principalement grâce aux financements massifs de l’État. Même situation pour le futur quartier des Terrasses (ex caserne Raby) où la ville s’est vue imposer plus de 1000 logements au lieu des 700 promis par Annie Guillemot au départ.
Si le hasard fait bien les choses c’est loin d’être suffisant, c’est même inquiétant. Car soit on agit sur les évènements soit ce sont les évènements qui décident pour vous. Malheureusement à Bron ce sont les évènements qui semblent diriger et non le maire, surtout en matière d’urbanisme.
Alors oui, il faut un peu de chance parfois quand on gouverne, mais plus que ça, notre ville a besoin d’un cap. Et tout ne passe pas par l’urbanisme, Bron a aussi besoin de dynamisme et de renouveler ses pratiques pour améliorer le bien-être de ses habitants.

Yann Compan, Evelyne Brunet, Marc Dubief, Valérie Boulard,
Nicolas Cristin, Fred-Ann Labeeuw, Jacques Champier
Groupe “UN AVENIR POUR BRON”




Rythmes scolaires… L’heure des comptes !

En ce début d’année faisons le bilan des rythmes scolaires et du système éducatif français.
Le constat est atterrant.
D’après la dernière étude PISA du 5/12/16 la France est 25e sur 71 nations et au 28e rang sur les 35 nations européennes en termes de résultats scolaires
Le système éducatif français est le plus inégalitaire des pays de l’OCDE. L’Unicef classe la France à la 35e place sur 37 des pays de l’OCDE en matière de réussite scolaire et ce malgré la surabondance de ministres de l’éducation : 32 en 55 ans ! Qui ont chacun à leur tour imposé des réformes inutiles.
Celle des rythmes scolaires n’échappe pas à ce bilan, très coûteuse pour les communes et irréalisable en terme de qualité.
Aucune formation spécifique des intervenants n’a été mise en place. La grande difficulté pour ces personnes étant le saupoudrage des horaires ne permettant pas une pérennisation de ces emplois.
Cette réforme a été celle des activités périscolaires des communes davantage qu’une refondation de l’école elle-même. Elle s’est traduite par un déséquilibre entre les disciplines et une fatigue accrue des élèves. Le bilan commandé par l’Éducation Nationale ne sortira jamais des bureaux du ministère tant il est négatif.
Et Bron n’échappe pas à la règle avec un coût d’environ 231 euros par enfant (chiffre AMF) et ce pour 4 000 écoliers. Ce qui a forcément plombé le budget éducation, celui-ci s’élevant à 18,7% du budget total de la ville. Souhaitons revenir à plus de raison pour que nos enfants possèdent tous un bagage qui leur permettent de bien démarrer leur vie.

Bernard Justet, Sylvie Dubouchet, Stéphane Genin
Groupe “À BRON TOUT NOUS RASSEMBLE”





A l’heure du bouclage de ce Bron Magazine, la tribune libre du Groupe Front National ne nous était pas parvenue.





Bonnes nouvelles pour nos seniors !

à l’heure où ces lignes sont publiées, une période très particulière de l’année vient de s’achever à Bron. Une période pendant laquelle notre attention se mobilise tout particulièrement en direction de nos seniors avec l’organisation de moments d’une grande convivialité. Lors de onze après-midi aux quatre coins de la ville, les distributions de chocolats se sont ainsi déroulées de début décembre à début janvier. Puis, les 23, 24 et 25 janvier, c’est l’Espace Albert Camus qui a accueilli les seniors pour les “Brioches des boulangers” avec la présence exceptionnelle cette année de Michèle Torr.

Bien au-delà des plaisirs gourmands, avec le Maire, j’apprécie tout particulièrement cette période de l’année qui nous permet de multiples rencontres avec un très grand nombre de nos aînés brondillants.

Celles-ci sont une véritable richesse pour nous : discussions, écoute réciproque, échanges, prises de notes, explications, apprentissage de la sagesse des aînés… parfois aussi des réprimandes, mais la vie d’un élu de proximité, c’est aussi cela... être à l’écoute et au plus près des citoyens.
Cette année, bien malgré moi, je n’ai pas été en mesure de participer à tous ces rendez-vous qui me sont chers, et croyez bien que je le regrette. Mais, d’ores et déjà, j’ai hâte d’être à ceux de l’année prochaine !

Ces temps forts sont importants, car au-delà de la marque de respect que Bron porte à ses anciens, ils participent à l’engagement de la Ville dans une politique de lutte contre l’isolement des personnes âgées.
Agir contre l’isolement des seniors est fondamental, et nous le faisons déjà à travers toutes les actions quotidiennes du CCAS. Mais il nous faut aussi aller plus loin, en anticipant les besoins spécifiques, notamment les équipements et l’accueil liés au vieillissement de la population.

Et, en la matière, ce début d’année 2017 est porteur de très bonnes nouvelles.
Notre ville a en effet été choisie par l’Agence Régionale de Santé et la Métropole pour être le territoire d’accueil d’un nouvel Établissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD) à Terraillon. Cette nouvelle maison de retraite médicalisée, sera la seule qui sera financée par des moyens publics (et dont les tarifs seront encadrés) sur le territoire de la Métropole pour les années à venir.

Ce choix de Bron est le fruit d’un travail important et de négociations engagées depuis plusieurs années par Annie Guillemot et poursuivies par Jean-Michel Longueval, auprès de l’État et du Conseil général aujourd’hui Métropole. Aujourd’hui encore, le Maire et la Vice-Présidente de la Métropole poursuivent ce travail commun auprès de la Métropole. Cette collaboration active au service de notre ville porte désormais ses fruits, en particulier pour nos seniors. Nous ne pouvons que nous en réjouir : un nouvel EHPAD, habilité à l’aide sociale, voilà une excellente nouvelle pour Bron !

Il faut également y ajouter le second EHPAD qui s’implantera aux Genêts, à l’angle du petit chemin du Vinatier et de l’avenue du Doyen Lépine, sur un terrain en friche depuis plusieurs années. Ce projet déjà ancien et plusieurs fois reconduit, après une concertation élargie avec les riverains, peut enfin sortir définitivement des cartons.

C’est ainsi deux excellentes nouvelles pour les seniors qui pourront bénéficier de cette nouvelle offre, et pour leurs enfants souvent inquiets face au vieillissement de leurs parents.

Viviane Lagarde,
Groupe socialistes et apparentés



Sans tambour ni trompette

Il y a les grands travaux, ceux qui se voient et qui font sens, ceux qui embellissent la ville, ceux qui participent à la rénovation du patrimoine municipal ou ceux qui consistent à faire sortir de terre de nouveaux équipements ; il y a ceux qui font débat — et c’est bien normal dans une démocratie — comme ce fut le cas de la Médiathèque (équipement qui a marqué le précédent mandat que nous avions placé sous le signe de la culture, cohérence quand tu nous tiens…).
Ce nouveau patrimoine est pensé pour répondre aux besoins, parfois nouveaux, des Brondillants, en lien avec les projets des professionnels, mais toujours avec le souci des économies d’énergie, car l’énergie qui pollue le moins est celle que l’on ne consomme pas.

Et puis il y a les travaux moins spectaculaires, moins clinquants, moins visibles. Et pourtant, ils sont peut-être encore plus importants que ceux que l’on annonce, ceux que l’on voit, ceux qui ont l’honneur de la presse.
Je pense notamment aux travaux réalisés dans nos écoles, pour améliorer le quotidien des nos enfants.
Nous avons décidé de consacrer chaque année jusqu’à la fin du mandat, une somme de 80 000€ dans notre budget, pour assurer ces travaux du quotidien. Cette somme, sacralisée, nous permettra de changer des rideaux ici, refaire des toilettes là, un couloir là-bas, mais aussi l’accès, les cours, les classes, les équipements…
Ainsi, nous serons en mesure d’intervenir dans tous les groupes scolaires de toute la Ville et je pense plus particulièrement à Saint-Exupéry et Jean Macé comme nous nous y étions engagés auprès des Brondillants.
Entretenir nos écoles, rendre les journées de leurs enfants et de leurs enseignants plus agréables, et disons-le plus confortables, les équiper les moderniser les adapter à un quotidien qui bouge, telle est notre ambition, telle est notre volonté, mais surtout notre responsabilité.
D’abord parce que, disons-le à nouveau, réaliser de l’investissement, c’est le seul vrai levier d’emploi local et non délocalisable, mais aussi parce qu’il est de notre devoir de préparer l’avenir de notre jeunesse.
Voilà pourquoi, comme le Maire l’a rappelé lors de ses vœux, comme nous le rappelons souvent, nous avons décidé, unanimement, au sein de l’équipe municipale, de placer notre mandat sous le signe de l’éducation.
Et puisqu’il est question d’éducation, je veux redire que je n’oppose pas éducation nationale à éducation populaire. C’est pourquoi, nous rénoverons aussi le centre social du Petit Taillis, comme nous l’avons fait à Gérard Philipe et aux Essarts, et comme, je vous l’annonce, nous le ferons aux Genêts. Sans oublier bien sûr, notre nouvelle MJC, outil de culture, de jeunesse, bref, outil de vie.

En réalisant ces travaux, nous ne préparons pas les élections, nous préparons l’avenir.
Sans le chanter sur les toits, sans tambour ni trompette.
Car nous sommes dans l’action. Nous ne sommes pas des commentateurs en campagne électorale permanente. Les Brondillants le savent.

Oui, nous avons demandé des efforts aux Brondillants, non ils n’auront pas été vains.
Oui, nous avons eu à faire face aux baisses de dotations. L’obligation de baisse des déficits publics de la France nous y oblige. C’est aussi cela préparer l’avenir. Mais, non, cela ne nous a pas empêchés d’agir. Nous vivons notre passion politique, dans l’action politique, et seul le contrat passé avec les Brondillants et leur intérêt nous guide.

Reynald Giacalone,
Groupe socialistes et apparentés