10264

Le Neurocampus Michel Jouvet inauguré

Soumis par bbourdin le 15/11/2019
Santé

Jeudi 14 novembre, le Neurocampus Michel Jouvet était inauguré. Ce bâtiment situé au cœur du parc du Vinatier, à deux pas de l’hôpital neurologique réunit près de 400 chercheurs et s’affiche désormais comme un pôle d’excellence de recherche biomédicale dédié au cerveau et à ses pathologies.

Les neurosciences rassemblées à Bron

Neurocampus est né. Il s’agit d’un outil sans nul autre pareil ou presque en France. Près de 400 chercheurs, issus d’une quinzaine d’équipes, vont y travailler.

Le centre est une fusion de 8 laboratoires Inserm et CNRS éparpillés sur le territoire. L’objectif est de mutualiser et de regrouper tout le monde sur un seul site afin de permettre des économies de moyens, de ressources, et aussi renforcer les interactions scientifiques et l’innovation.
Olivier Bertrand, directeur

Le cerveau dans tous ses états

À Neurocampus, les chercheurs s’intéressent au cerveau dans son fonctionnement normal et pathologique :

  • ses mécanismes
  • ses fonctions
  • la maladie d’Alzheimer
  • la sclérose en plaques
  • l’épilepsie
  • les douleurs chroniques…

Autant d’axes de recherche et de maladies sur lesquels se penchent les équipes. Les interactions indispensables sont d’ailleurs l’objectif majeur du projet implanté en plein cœur de l’hôpital psychiatrique, à deux pas du Groupement Hospitalier Est — complexe hospitalo-universitaire de dimension européenne intégrant l’hôpital neurologique et une branche de l’Hôpital femme-Mère-Enfant (HFME) dédiée aux maladies neurologiques de l’enfant. Les chercheurs vont donc profiter de passerelles entre les deux univers.

Des équipements de pointe

Neurocampus est un bâtiment de 7000 m2 équipé des meilleurs outils d’exploration fonctionnelle :

  • salles de recherche dans lesquelles les équipes travaillent sur des outils de pointe
  • microscopes à balayage laser reconstituant le tissu cérébral en 3D
  • laboratoires où on étudie, par exemple, des embryons de poissons pour en savoir plus sur les gènes impactés en cas de malformation, où on se penche sur la façon dont le cerveau traite les sons, les odeurs…
  • chambres de sommeil bardées de capteurs pour étudier les effets du travail de nuit, de l’impact de la pollution lumineuse…

Neurocampus va permettre le développement de nouvelles recherches porteuses d’avancées (réalité virtuelle, interfaces cerveau-ordinateur, stimulation cérébrale, etc) et appliquées,  notamment, à la rééducation sensorielle et cognitive. Le champ de la neuro-robotique va lui aussi s’étendre avec des applications dans l’aide au handicap ou aux personnes âgées…

Bref, à Neurocampus, les cerveaux vont bouillonner !

Repère
En prenant le nom de Michel Jouvet (1925-2017), le Centre de Recherche en Neurosciences rend hommage à un grand chercheur et neurobiologiste français, qui est considéré comme l'un des pionniers de l'hypnologie et l'un des spécialistes du sommeil paradoxal