2432

Expression des élus

Off

Tribunes parues dans B[r]onjour n°02 de Février 2021.

Majorité municipale

Pas d’augmentation d’impôts à Bron.

Nous avons souhaité lors de la constitution du premier budget de cette nouvelle mandature, mettre en place une politique volontariste, riche en investissement et réaliste en fonctionnement.

Les grands équilibres sont maintenus, toutefois la méthode et les ambitions changent.

3 grandes priorités sont présentées dans ce budget 2021 : la sécurité, l’éducation et la santé.

Pour la première fois, et c’est historique, il n’y aura pas d’augmentation d’impôts à Bron.

Nous avons également, et c’est un signe fort, maintenu l’enveloppe globale accordée aux associations en demandant plus de transparence.

Cette perspective semble heurter l’opposition municipale. Cette même opposition, qui est prompte à refuser de voter une augmentation « symbolique » aux associations d’Anciens Combattants.

Cette attitude est blessante.

Témoins de notre histoire commune, ces associations sont là pour nous rappeler que les libertés sont fragiles et que nous avons toujours des soldats sur le front, notamment au Mali.

La conscience patriotique est indispensable.

Il faut continuer à penser avec émotion aux anciens combattants et leur rendre hommage pour nous avoir donné le bonheur de vivre en paix, en liberté et en démocratie.

Briser cette chaîne intergénérationnelle qui fait la force de l’Histoire de notre pays serait une faute politique et morale grave.

L’opposition s’est également offusquée d’une subvention accordée à l’association des « Orphelins de la Police ». Là encore, comment ne pas être révolté par une attitude dictée uniquement par pure idéologie ? Alors que les violencesenvers les forces de l’ordre sont en constante augmentation ces dernières années, onze policiers et gendarmes sont morts en service au cours de l’année 2020.

Souvenons-nous du décès tragique de Franck Labois, sauvagement assassiné en janvier 2020.

Leur rôle primordial dans une société de plus en plus violente, doit être salué et soutenu par tous.

Nous assumons pleinement ces attributions de subventions ; nous en sommes même très fiers.

Les élus du groupe “Bron 2020, protéger, respirer” avec Jérémie Bréaud

 

Projets à venir

Le groupe “EAB” partage les choix structurants pour Bron qui se traduisent dans les orientations budgétaires de la ville, à savoir :

  • le renforcement des ressources humaines et des équipements alloués à la tranquillité publique
  • l’investissement dans les moyens liés à l’éducation qui préfigure qu’elle sera le poste majeur du mandat.

Outre les leviers structurels, nous serons attentifs à la qualité des moyens mis à disposition pour l’éducation de nos enfants ; aussi bien en ce qui concerne nos processus, les matériels et les aspects liés à la santé et au développement durable (comme la qualité de l’air et la maîtrise des températures au sein des écoles par exemple).

D’autre part, dès fin 2020 nous avons entamé les discussions avec la Métropole dans le but de relancer le projet de convention avec l’ANRU pour le quartier de Parilly qui était au point mort depuis des années. La signature d’une convention pourra être réalisée sur 2021 !

Enfin, nous prônons une logique de concertation des habitants et notamment des Conseils de quartier, que nous travaillons à renforcer afin qu’ils deviennent des acteurs importants dans les projets d’envergure de notre ville et pour favoriser la citoyenneté participative.

Véritables relais des besoins et avis du quartier, les Conseils de quartier seront renouvelés à la fin du 1er trimestre 2021. Surveillez bien l’appel à candidatures qui sera diffusé par la mairie.

Les élus du groupe “En avant Brondillant(e)s”, Stevens Bobi, Jean-Baptiste Dozolme, Anne-Lise Lansaque, François-Xavier Pénicaud, Hervé Thibaud

 


 

Opposition municipale

Vivre à Bron au temps de la crise Covid-19

La crise sanitaire impacte le monde entier, nous proposons ce mois d’analyser les conséquences de la crise pour Bron.

La Covid-19 a impacté directement les plus jeunes parmi nous. A la sédentarité et la rupture du lien social s’est ajouté le poids de la perte de revenus et d’aides financières.

En France 14 % d’entre eux sont en grande précarité, entre 21% et 35% se trouvent dans les quartiers populaires. Il est temps de proposer des mesures fortes et un accompagnement adapté. À Terraillon et Parilly, les jeunes mériteraient un regard particulier et positif. La ville de Bron doit prendre toute sa part en proposant des mesures spéciales et ponctuelles pour nos jeunes à l’instar des commerces et des entreprises.

Les associations sportives et culturelles vivent des moments difficiles. Les lieux de pratiques sportives et les lieux culturels sont vecteurs de lien social. Ils sont dépendants des structures municipales qui sont fermées, en fonction des annonces gouvernementales et ce yoyo permanent a entraîné des défections en nombre important.

Sur la commune on peut estimer à près de 30 % la perte d’adhérents dans nos associations sportives, ce qui est énorme surtout dans les clubs qui ont du personnel.

Par ailleurs, le confinement reste un rappel à l’ordre des sexes. Pendant la crise, les femmes furent les premières de corvée : elles représentent 97 % des aides à domiciles, 91 % des aides-soignantes, 76 % des caissiers, 73 % des agents d’entretien, avec des salaires proches du SMIC.

Dans 86% des cas, elles ont pris en charge les enfants.

Les effets sur les étudiants sont très visibles : cours et partiels en visio, vie estudiantine absente, cloîtrés pour beaucoup dans des petites chambres, sans boulots. Leur nombre explose chez les spécialistes de la maladie mentale et plusieurs tentatives de suicide sont recensées dans notre agglomération. Quel soutien de la part de la municipalité ?

La crise sanitaire a aussi ouvert des opportunités : à l’échelle mondiale, la réduction des émissions de gaz à effet de serre en 2020 (-7 %) ; à l’échelle de la Métropole, l’accélération des politiques en faveur des déplacements à vélo.

À l’échelle de Bron, l’émergence d’engagements citoyens remarquables pour agir de façon solidaire pour équiper certaines familles dépourvues de solution numérique, ou pour soutenir des étudiants isolés. Ces actions qui viennent compléter l’action des associations de solidarité présentes depuis de longues années à Bron, doivent nous engager toutes et tous dans un élan de solidarité, dans le faire ensemble qui est toujours bien inscrit dans l’ADN brondillant.

Avec la perspective du changement climatique, nous devons nous préparer à affronter d’autres crises. Il est nécessaire que, collectivement, nous soyons plus résilients : pour cela continuons à nous entraider, à soutenir les plus fragiles, à consommer des productions locales, à préserver notre (bio)diversité et nos ressources.

Dans ce moment historique de crises, nous, élus d’opposition, rêvons d’un monde où la solidarité, la justice, l’égalité ne seraient pas des mots creux, un pays restauré.

Les élus du groupe “Bron Naturellement”