2432

Expression des élus

Off

Tribunes parues dans Bron Magazine n°306 de novembre 2019.

Majorité municipale

Dans le cadre de la période dite de “réserve électorale”, les groupes de la majorité municipale ont décidé de suspendre leur expression dans ces colonnes jusqu’au prochain renouvellement du Conseil Municipal.

 


Opposition municipale

Quel manque de réactivité !

Pendant la campagne la vie continue et nous souhaitons continuer à aborder les sujets locaux dans cette tribune. Lors du dernier conseil, La République En Marche a continué de se montrer « pleinement solidaire » (pour reprendre les mots de leur chef de file lors d’un précédent conseil) de la politique menée par le Parti Socialiste, EELV et le Parti Communiste. LREM est donc comptable de l’action municipale actuelle. Mais ce qui est important c’est notre ville.

Il aura fallu plus de 5 ans pour…

L’actuelle équipe est essoufflée et tout prend un temps infini… Illustrations !

Il aura fallu plus de cinq ans (cinq ans c’est long, très long…) pour :

• Créer un embryon (très, très bien d’ailleurs) de marché alimentaire le mercredi. Vos élus d’Un Avenir Pour Bron avaient, en tout début de mandat, fait cette proposition et demandé une réflexion autour des marchés de Bron. Quel dommage d’avoir été aussi long…
• Se décider à renforcer le réseau de caméras de la ville. En effet, élections aidant, le marché d’achat de la prestation est passé en commission d’appel d’offre de septembre 2019. Vos élus, rappellent pourtant, depuis cinq ans, conseil après conseil, l’importance de la vidéo-protection. Le maire choisit ici la demi-mesure, qui sera inefficace. En effet les caméras ne seront pas supervisées en temps réel… Un leurre tardif, quel dommage.
• Supprimer la revue de presse papier quotidienne des élus et cadres de la mairie… C’est aussi anecdotique que symbolique ! Nous l’avions proposé dès le premier conseil municipal… Pendant tout ce temps, avec tout ce papier gâché on a construit un immeuble de cinq étages en ramettes de papier ! C’était pourtant si simple… Il fallait juste le décider, en cinq minutes c’était fait, il a fallu cinq ans…
• Tenter de renforcer nos effectifs de police. C’est un échec car à peine recrutés les policiers partent… En effet il n’y a pas de volonté politique réelle. Encore un leurre, tardif…ce sont les habitants qui trinquent.
• Dématérialiser les demandes de subvention pour les associations. Une mesure simple et pleine de bon sens qui a pris… beaucoup trop de temps !
• Se pencher sur l’aménagement de la Place de la Liberté… Là encore nous avions cela à coeur… Malheureusement la proposition de l’équipe en place manque d’ambition et n’est pas à la hauteur du potentiel de cette place, la deuxième plus grande de la métropole après la place Bellecour.

Une vraie reconnaissance
Lors du « tour de Bron » à vélo, vos élus ont rencontré beaucoup de brondillants. L’un deux nous a abordé en disant que nous n’étions « pas de son bord
politique » mais qu’il tenait à saluer notre travail d’opposition réel et constant sur le terrain depuis 2014, du jamais vu selon lui ! C’est d’ailleurs pour cela que nous sommes légitimes à faire l’inventaire de tout ce qui a mis plus de cinq ans à émerger tout en continuant de souligner ce qui est positif comme la tentative de redynamiser la fête de la Saint Denis.

Nous continuerons à travailler, jusqu’au bout, bénévolement, pour changer avec réalisme ce qui doit l’être, pour renforcer ce qui fonctionne et faire en sorte que Bron aille mieux, car oui cela est possible.

À très bientôt

Evelyne Brunet, Marc Dubief, Valérie Boulard, Fred-Ann Labeeuw, Jacques Champier
Groupe “UN AVENIR POUR BRON”

L’écologie: doit-elle être partisane ?

Nous sommes aujourd’hui face à des problématiques d’une immense importance mais dont l’opinion n’a pas saisi toute la mesure.
Et les politiques n’ont cessé de s’affronter dans un système qui s’est pétrifié.
Il ne s’agit pas aujourd’hui de refaire l’histoire, de savoir qui a tort ou qui a raison.
Le discours partisan enferme la parole écologique.
Il faut cesser de penser que le développement durable n’est réservé qu’à certains, qu’à certains partis : c’est l’affaire de tous.
L‘urgence climatique est réelle mais se focaliser sur des points de détails et des formules politiciennes ne fait pas avancer les choses. L’écologie doit être transversale à l’ensemble des partis, et doit être au-dessus de cette mêlée de combat politicien. Elle doit mobiliser, encourager et mettre en avant des initiatives positives individuelles et collectives.
Laissons au passé les formules accrocheuses et autres petites phrases polémiques pour passer à un plan d’action réaliste pour l’avenir.
Il faut refuser qu’un parti politique s’accapare l’écologie, mais il est pourtant urgent que la politique s’empare de l’écologie et que le souci environnemental traverse nos politiques publiques.
Il s’agit de se défaire d’un certain nombre d’oeillères partisanes et de répondre aux besoins et aux aspirations du plus grand nombre, au-delà de la priorité donnée à une écologie partisane, pour que chacun puisse faire sa part.
L’écologie concerne tout le monde et pourtant des positions partisanes dénaturent la parole écologique au détriment d’une vraie politique de l’environnement.

Bernard Justet, Isabelle Da Silva, Stéphane Genin
Groupe “À BRON TOUT NOUS RASSEMBLE”

La République indivisible

On ne peut que constater aujourd’hui la faillite de notre modèle d’intégration. Nous avons laissé s’opérer une dérive communautariste par le fait de nombreuses compromissions politiques. Notre responsabilité en qualité d’élus, c’est de tout mettre en oeuvre pour assurer une meilleure intégration fondée sur les valeurs de la République tout en garantissant
la liberté religieuse et l’identité culturelle de chacun. --La Laïcité est notre bien commun !

Nicolas Cristin “NON INSCRIT”