1330

Etape 3 - Gaston Caudron

Off

Accès :

  • Depuis les anciens hangars de l'aéroport, retourner sur vos pas en direction du magasin Castorama.
  • Au rond-point, se diriger vers la première sortie et emprunter une petite route tout de suite sur la droite (Ancienne route de Grenoble)
  • Aller jusqu'au bout de la rue (ancienne route de Grenoble). Vous trouverez le monument dédié à Gaston Caudron devant le bâtiment de la Sécurité Civile, sous un bosquet d'arbres.

Les deux frères ne rêvaient que de cette nouvelle invention. Alphonse, appelé Gaston par ses amis, et René Caudron n'étaient pourtant que des fils de paysans des environs du Crotoy, dans la Somme. Mais le tout premier envol d'un avion, en 1903 aux Etats-Unis, leur avait donné le virus de l'air. Aussitôt, ils avaient bricolé un grand oiseau de toile et de bois dans une grange bâtie en deux temps trois mouvements, et acheté un moteur auprès d'un constructeur. Nous étions en 1908. Comme le moteur tardait à arriver, les deux frères attachèrent leur avion à la jument paternelle, puis la firent galoper sur une plage de la Manche. L'aéroplane décolla et plana sur quelques centaines de mètres. L'aventure des frères Caudron commençait. Dès 1909, ils fondent près du Crotoy une fabrique d'avions, à laquelle ils ajoutent l'année suivante une école d'aviation, l'une des premières au monde. Le succès frappe immédiatement à leur porte, et il est fulgurant. Particulièrement bien conçus, leurs aéroplanes se vendent comme des petits pains - jusqu'en Chine, qu'ils équipent de sa première escadrille en 1913. En France, l'armée suit de près les progrès de René et de Gaston, et leur commande à son tour des appareils, notamment des biplans G3, conçus au début de 1914.

Arrive la Première guerre mondiale, qui force les Caudron à déménager leurs ateliers, menacés par l'ennemi. Une partie, dirigée par René, se replie à Issy-les-Moulineaux, en région parisienne, et une autre, dirigée par Gaston, s'implante en région lyonnaise, à Monplaisir où se trouvent les ateliers de fabrication, et à Bron où les techniciens assemblent les appareils et procèdent aux essais en vol. Alors que la guerre se prolonge, les avions se perfectionnent et deviennent une arme de première importance. Le rythme de production des Caudron s'accélère, atteint des centaines d'exemplaires par an, tandis qu'en 1915 les deux frères mettent au point un bimoteur destiné à des missions de bombardement, le G4. A Bron, Gaston teste lui-même les nouveaux appareils. Le dimanche 12 décembre 1915, alors que l'on attend la visite du sous-secrétaire d'Etat de l'aéronautique militaire, il prend ainsi les commandes d'un "Caudron R4" tout frais sorti des ateliers. Deux employés l'accompagnent à bord, le mécanicien Paul Jaumes et l'ingénieur Oscar Démarez. L'appareil décolle, prend de l'altitude et commence à manoeuvrer au sud de l'aéroport, quand arrive l'accident. Alors qu'il se trouve à 200 mètres de hauteur, une panne se déclare. L'avion chute brutalement, se disloque, s'écrase au sol et prend feu. Gaston Caudron et ses deux passagers sont tués sur le coup. La France perd l'un de ses principaux constructeurs aéronautiques. Il avait 33 ans.

Malgré la mort de Gaston, la firme Caudron poursuit son ascension. En 1916 et 1917, la marque produit ainsi 1256 avions, et devient après-guerre l'un des géants de l'industrie aéronautique, en vendant plus de 10.000 bimoteurs G4 et en se reconvertissant dans l'aviation civile. C'est aux commandes d'un Caudron qu'en 1921 l'aviatrice Adrienne Bolland traverse les Andes ; à bord d'un Caudron aussi qu'Hélène Boucher pulvérise en 1934 plusieurs records de vitesse. Un an avant, en 1933, René avait vendu la firme à Renault. Il la quitta en 1939, juste avant la Deuxième guerre mondiale qui vit disparaître ce fleuron des premiers temps de l'aéronautique.

Ajouter un commentaire

En cours de chargement...
Un nombre illimité de fichiers peuvent être transférés dans ce champ.
Limité à 10 Mo.
Types autorisés : png, gif, jpg, jpeg.
Un nombre illimité de fichiers peuvent être transférés dans ce champ.
Limité à 10 Mo.
Types autorisés : txt, pdf, doc, docx.
1 + 1 =
3

Illustrations

  1. Vignette
    (jpeg - 164.8 Ko)
  2. Vignette
    (jpeg - 161.3 Ko)
  3. Vignette
    (jpeg - 182.62 Ko)

Participez !

En photos

#bronmemoire

Postez vos photos via votre compte Instagram avec les hashtag #bronpatrimoine, #bronmemoire et #bronnature et vous les verrez peut être publiées sur cette page des Chemins des savoirs.

Aucun commentaire disponible.

 

Postez votre contribution

Une anecdote, un souvenir, une histoire, une image à partager sur la mémoire, le patrimoine ou la nature à Bron, envoyez-nous vos contenus via le formulaire ci-dessous et ils seront peut-être publiés sur le site de la Ville !