1301

Etape 5 - La Glaneuse

Off

Accès :

  • Depuis la Boutasse, marcher le long du cours Franklin-Roosevelt jusqu'à l'arrêt de tram "Bron Hôtel de Ville".
  • Suivre le trottoir opposé à la mairie, et prendre la première rue à droite (rue du 11-Novembre-1918).
  • S'avancer d'une centaine de mètres, jusqu'à l'espace vert.

En 1884, alors que la IIIe République est encore toute jeunette, une trentaine de Brondillants se regroupent et décident de fonder une fanfare. Les violons de leurs ancêtres et le tambour de la mairie ne suffisent plus, en effet, à égayer leurs fêtes, ni à donner toute la pompe nécessaire aux cérémonies officielles. Sitôt leur demande déposée en préfecture, un commissaire de police enquête, pour s'assurer de l'absence d'entourloupe ou d'opposition politique derrière cette nouvelle association. "Ce sont tous d'honnêtes jeunes gens, constate-il, n'ayant d'autre but en se formant en société musicale, que de se procurer un moyen de distraction. Parmi eux se trouvent des artisans et des cultivateurs. Ils ne s'occupent généralement pas de politique, et malgré que le président, Jules Mas, comme la municipalité de Bron, soient réactionnaires, on peut dire que la plus grande partie d'entre eux sont animés de bons sentiments à l'égard du gouvernement de la République". Jules Mas. Ce n'est peut-être pas lui qui est à l'initiative de la fanfare brondillante, mais c'est à cet homme, né en 1853 et qui fut maire de Bron de 1896 à 1904, que nos jeunes concitoyens d'hier ont confié la présidence de leur association. Doté d'une belle fortune, au point qu'il "passe pour être millionnaire", Jules Mas s'entoure de deux fils de paysans à peine âgés de 19 ans, Jean Ballefin dans le rôle du secrétaire, et Michel Lacroix  - celui de la rue et de la salle du même nom - pour faire office de trésorier. Et comme toute la bande manque de pratique artistique, elle recrute un Lyonnais de la rue Boileau pour les mener à la baguette, M. Françon, déjà directeur de la fanfare de Montchat.

"La Fraternelle", tel est d'abord le nom que se donne la nouvelle formation musicale, avant de se muer en "La Glaneuse" en 1887. Peut-être pour rappeler l'attachement à la terre de la plupart de ses membres, plus habitués à travailler les épis de blé que les notes des partitions. Les musiciens en herbe se retrouvent une à plusieurs fois par semaine dans une annexe du restaurant Amblard, situé sur la place Curial, où une salle de 36 m2 éclairée "par une grande fenêtre" leur est louée à l'année. C'est là que se tiennent toutes les répétitions. Gare à ceux qui arrivent en retard ! Il leur en coûtera 15 centimes pour 5 petites minutes, et 30 centimes pour les moins ponctuels. La discipline n'est pas toujours présente au rendez-vous, au point que le chef d'orchestre doit parfois rappeler à l'ordre sa troupe de trop bonne humeur : le règlement est formel, "tout sociétaire devra s'abstenir de parler lorsque la répétition est commencée, et écouter avec attention les observations des chefs de musique". Après des mois de répétitions acharnées, la fanfare brondillante peut enfin se produire en public. Elle ne manque dès lors aucune occasion de jouer, lors des cérémonies officielles, des banquets, des compétitions sportives, des fêtes populaires ou simplement lorsqu'elle souhaite donner un concert ou défiler en fanfare, pour la plus grande joie des spectateurs. Son succès se mesure aussi au nombre de ses membres, passé à 100 en 1901, dont l'âge va de 15 à 73 ans, et qui regroupe désormais toutes les professions, depuis Monsieur le curé jusqu'aux docteurs du Vinatier, tout en représentant tous les quartiers de la ville. 

En 1904, La Glaneuse s'installe dans une salle des fêtes flambant neuve, que ses membres ont eux-mêmes construite tout à côté de la mairie d'alors, sur l'actuelle place du 11-Novembre-1918. Son bâtiment, démoli en 1973, se trouvait juste en face de vous. La fanfare brondillante, elle, continue son chemin et compte toujours près d'une centaine de membres. Elle répète aujourd'hui au sein de l'Espace Albert-Camus.

Ajouter un commentaire

En cours de chargement...
Un nombre illimité de fichiers peuvent être transférés dans ce champ.
Limité à 10 Mo.
Types autorisés : png, gif, jpg, jpeg.
Un nombre illimité de fichiers peuvent être transférés dans ce champ.
Limité à 10 Mo.
Types autorisés : txt, pdf, doc, docx.
2 + 15 =
5

Participez !

En photos

#bronmemoire

Postez vos photos via votre compte Instagram avec les hashtag #bronpatrimoine, #bronmemoire et #bronnature et vous les verrez peut être publiées sur cette page des Chemins des savoirs.

Aucun commentaire disponible.

 

Postez votre contribution

Une anecdote, un souvenir, une histoire, une image à partager sur la mémoire, le patrimoine ou la nature à Bron, envoyez-nous vos contenus via le formulaire ci-dessous et ils seront peut-être publiés sur le site de la Ville !