1300

Etape 4 - Livres en fête

Off

Accès :

  • Revenir sur ses pas, traverser l'avenue Franklin-Roosevelt.
  • S'arrêter sur la place Cumbernauld, devant la médiathèque Jean-Prévost.

Mercredi 5 janvier 1865. Monsieur le maire découvre la grosse caisse en bois qu’un charretier a déposé devant ses pieds. Elle vient tout droit de Paris et porte les cachets du Ministère de l’Instruction Publique. Cela faisait un mois qu’il l’attendait. Soucieux de porter jusqu’au fond des campagnes de France les lumières du savoir, le gouvernement de Sa Majesté Napoléon III avait décidé d’offrir à des milliers de communes autant de livres que les finances publiques le permettraient. Jusqu’alors, les ouvrages disponibles à Bron se résumaient à quelques volumes détenus par le curé et par les familles aisées. Le reste de la population n’avait accès dans le meilleur des cas qu’à « des recueils d’anecdotes, des almanachs astrologiques, des bouquins absurdes et ennuyeux, conservés par l’ignorance ». Or, à quoi bon construire des écoles, et pousser les paysans à envoyer leurs enfants en classe plutôt que dans les champs, s’ils n’ont pas accès à la lecture ? « Le merveilleux élan des populations et l’admirable dévouement de nos instituteurs aboutiraient à une déception, si l’adulte à qui l’on vient d’apprendre à lire ne trouvait pas près de lui et à portée de sa main le moyen d’utiliser et de développer encore la faculté qui lui a été si heureusement donnée ». 

Quelques coups de pied de biche ont ouvert la grande caisse. De la paille et de la toile protègent le trésor. Les voici qui apparaissent, avec leurs reliures « de toutes les couleurs ». L’instituteur les compte : ils sont 79, une vraie bibliothèque ! Tous ont été soigneusement choisis par le ministre lui-même. Il y a là « des traités renfermant des conseils profitables à l’ouvrier des champs ou de la ville », comme le Manuel d’agriculture, L’engraissement du boeuf, Le fumier de la terre ou Les vendanges. Ils voisinent avec des livres de religion, Vies chrétiennes, l’Histoire sainte, les Pères de l’Eglise, et bien évidemment avec des ouvrages scolaires, comme le Manuel de l’instruction primaire ou des livres de géographie qui expédient les Brondillants à travers tous les océans : Voyage en Océanie, l’Ile de Ceylan, Le Mexique, Voyage et aventures. Et la littérature de loisirs dans tout cela ? Les romans, les poèmes, les pièces de théâtre ? La caisse en contient quelques uns : La petite Jeanne ; Petit Jean ; Raoul et Victor ; Les fables de La Fontaine ; Pierre et Pierrette ; Cendrillon. Six livres sur 79, le ministre n’aime pas s’amuser, ni perdre son temps « en plaisirs futiles ou dégradants »… A ses yeux, la littérature est trop souvent « malsaine et vivant de scandale, ou jetant l’esprit au milieu d’aventures et d’idées qui ne sont ni de notre temps ni de nos mœurs ». Avec 16 titres, l’histoire le préoccupe davantage. Enfin, pas toute l’histoire. Celle racontée par la caisse de Bron résonne du bruit des canons (Souvenirs militaires ; Les guerres maritimes ; Les victoires de l’Empire, ou vante les mérites et la gloire du souverain régnant, comme Les œuvres de Napoléon III. 

Vous l’aurez probablement deviné en découvrant les titres des livres si gracieusement offerts à notre commune. La caisse d'ouvrages, si elle veut effectivement instruire, entend aussi encadrer les esprits et les détourner de l’opposition au pouvoir en place. Dans une note confidentielle adressée au recteur et au préfet du Rhône, le ministre de l’Instruction Publique reconnait lui-même que les ouvrages doivent être « sains de pensée », « moraux », « appropriés à l’amour du pays, au respect de la loi ». Et il ajoute : « de petits traités économiques [des livres bons marché] jetés à profusion au sein des classes laborieuses, ont préservé de plus d’une émeute certains comtés d’Angleterre, et le contraire ne s’est vu que là où cet enseignement a manqué ». Qu'importe ces arrières pensées. En ce jour de 1865, Bron voit naitre sa première bibliothèque publique. Elle prendra place à l'école du village, sur des rayonnages au fond de la classe et sous la bonne garde de l'instituteur.

Que de chemin parcouru depuis ! En 1974, alors que la population de la ville atteint 44.000 habitants, Bron se dote d'une bibliothèque municipale implantée juste en face de la mairie, et baptisée d'un romancier mort au maquis du Vercors, Jean Prévost. Bientôt muée en médiathèque, l'une des premières de France, elle largue les amarres du haut de l'avenue Franklin-Roosevelt et vient jeter l'ancre à la Boutasse, en 2014, dans ce vaisseau spatial qui vous fait face. Forte de ses 3100 m2 et plus de 100.000 documents allant du livre classique aux CD et DVD, elle figure à présent dans le peloton de tête des plus importantes médiathèques de l'agglomération lyonnaise. On ne le serait moins. S'il y a un endroit dans la métropole où le livre est à la fête, c'est bien à Bron. Depuis 1987, l'association Lire à Bron et la médiathèque Jean-Prévost organisent tous les ans la fameuse Fête du livre. Pendant trois jours, une foule de lecteurs petits et grands se masse à l'hippodrome de Parilly pour rencontrer leurs auteurs préférés, réunis autour d'un thème : "Voyage" en 1988, "Regards sur le temps" en 1994, "Corps et âme" en 1997, "L'inconnu" en 2003, "Nos identités" en 2008, "Et maintenant on fait quoi ?" en 2017. Echanger entre soi, dialoguer avec les "plumes" célèbres ou débutantes, faire la fête entre les pages : la recette plait, et le succès est au rendez-vous, avec plus de 1100 auteurs invités en 30 ans, et 30.000 à 40.000 visiteurs à chaque édition. Voilà bien une digne héritière de la saint Denis de Bron !

Ajouter un commentaire

En cours de chargement...
Un nombre illimité de fichiers peuvent être transférés dans ce champ.
Limité à 10 Mo.
Types autorisés : png, gif, jpg, jpeg.
Un nombre illimité de fichiers peuvent être transférés dans ce champ.
Limité à 10 Mo.
Types autorisés : txt, pdf, doc, docx.
3 + 0 =
4

Participez !

En photos

#bronmemoire

Postez vos photos via votre compte Instagram avec les hashtag #bronpatrimoine, #bronmemoire et #bronnature et vous les verrez peut être publiées sur cette page des Chemins des savoirs.

Aucun commentaire disponible.

 

Postez votre contribution

Une anecdote, un souvenir, une histoire, une image à partager sur la mémoire, le patrimoine ou la nature à Bron, envoyez-nous vos contenus via le formulaire ci-dessous et ils seront peut-être publiés sur le site de la Ville !