1313

Etape 7 - Le petit bout de papier

Off

L'écriture est hésitante, bien peu respectueuse de l'orthographe : "enfan baptiser dont que sont parins capelle françois le 2 juillet 1766". En bon français : "cet enfant a été baptisé le 2 juillet 1766 et son parrain s'appelle François". Sur le côté droit du papier, on remarque deux trous ; les traces de l'aiguille qui maintenait ce petit bout de papier accroché au bonnet d'un bébé. Un bébé abandonné par ses parents...

C'est en partant travailler dans les champs, le mardi 21 juillet 1766 au matin, que Nicolas Mas et Claude Calemard trouvèrent l'enfant. On l'avait laissé au pied d'un grand chêne, au bord du chemin allant de Lyon à l'église de Bron (avenue Camille-Rousset), donc à un endroit suffisamment fréquenté pour que les villageois puissent le remarquer dès les premières lueurs du jour. Sitôt revenus de leur surprise, Nicolas Mas et Claude Calemard allèrent prévenir les autorités de la commune, le "consul" (le maire) et le châtelain. Ceux-ci ramassèrent le bébé et, après avoir constaté qu'il n'avait pas trop souffert de son isolement forcé, le ramenèrent au village. Qui était-il donc ? Fils de pauvres gens incapable de nourrir une bouche de plus, ou enfant illégitime d'une jeune domestique ? Nous l'ignorons. Malgré tous leurs efforts, le consul et le châtelain ne purent retrouver ses parents.

Qu'ils soient le fait de la misère ou d'un amour défendu, de tels abandons n'étaient malheureusement pas rares autrefois, surtout aux portes d'une grande ville comme Lyon. Tous les matins, hiver comme été, on retrouvait en France plusieurs bébés laissés à la porte d'une maison, d'une église ou aux pieds d'une croix pour stimuler la charité des villageois, voire en pleine nature comme à Bron. Pour éviter un mauvais sort à ces pauvres nourrissons, leurs parents avaient pourtant la possibilité de les laisser aux hôpitaux ou à des couvents, sans que l'on exige rien d'eux. Sur leurs portes était aménagée une sorte de coffre mobile, appelé "tour", qui permettait de préserver l'anonymat de la personne venue déposer un enfant.

Le petit, lui, est resté au bord du chemin. Déjà en 1752, le 15 avril précisément, les Brondillants avaient ramassé un enfant près de la porte d'une maison, sur la place de l'église. Apparemment né la veille, ce bébé devait mourir deux jours plus tard. Malgré la paille et les chiffons qui garnissaient son panier, il n'avait pas résisté au froid qu'il avait enduré. Quatorze ans plus tard, en 1766, son compagnon d'infortune devait connaître une fin plus heureuse. A peine trouvé, le petit François fut confié aux bons soins d'un couple de paysans - François Comte et sa femme - et la commune participa aux frais de son éducation. Devenu adulte, peut-être a-t-il eu l'occasion de tenir entre ses mains ce petit bout de papier qu'un jour sur son bonnet on avait épinglé...

 

Pour aller plus loin :

  • Revenir sur vos pas jusqu'à l'avenue Franklin-Roosevelt, puis prendre en face la rue Roger-Salengro, que l'on suivra jusqu'au bout. Au passage, remarquer le groupe scolaire Jean-Jaurès, l'un des plus vieux de Bron (début du 20e siècle).
  • Une fois passé sous l'autoroute A43, on arrive sur la rue Lionel-Terray.
  • Tourner à gauche puis prendre la première rue à droite et continuer jusqu'à l'entrée de la Cité de l'Enfance (IDEF), devant laquelle on s'arrêtera. La Cité ne se visite pas, mais l'on peut en faire le tour en empruntant les allées du parc de Parilly.

Ajouter un commentaire

En cours de chargement...
Un nombre illimité de fichiers peuvent être transférés dans ce champ.
Limité à 10 Mo.
Types autorisés : png, gif, jpg, jpeg.
Un nombre illimité de fichiers peuvent être transférés dans ce champ.
Limité à 10 Mo.
Types autorisés : txt, pdf, doc, docx.
8 + 0 =
7

Illustrations

  1. Vignette
    (jpeg - 143.54 Ko)
  2. Vignette
    (jpeg - 61.83 Ko)
  3. Vignette
    Photo (C) RMN-Grand Palais / Michèle Bellot, n° 97-021159.

Participez !

En photos

#bronmemoire

Postez vos photos via votre compte Instagram avec les hashtag #bronpatrimoine, #bronmemoire et #bronnature et vous les verrez peut être publiées sur cette page des Chemins des savoirs.

Aucun commentaire disponible.

 

Postez votre contribution

Une anecdote, un souvenir, une histoire, une image à partager sur la mémoire, le patrimoine ou la nature à Bron, envoyez-nous vos contenus via le formulaire ci-dessous et ils seront peut-être publiés sur le site de la Ville !