1085

Etape 7 - L'attaque de la diligence

Off

Nous sommes le 30 novembre 1841, à 22 h 30. Alors que la diligence de Turin vient de passer à pleine vitesse à hauteur du village de Bron, cinq hommes surgissent de la nuit. Ils ont le visage noirci par de la suie, portent de grands chapeaux pour ne pas être reconnus, et sont armés jusqu'aux dents de fusils, de pistolets et de poignards. En moins de temps qu'ils n'en faut pour le lire, ils arrêtent les chevaux et ordonnent aux voyageurs de mettre pied à terre. Leur prise sera bonne, ils en sont persuadés : il n'y a que les gens cossus pour s'offrir le voyage menant de l'autre côté des Alpes, dans la capitale du royaume de Piémont-Sardaigne qu'est alors Turin. Les voyageurs obéissent et, pendant que trois des voleurs les mettent en joue, leurs complices fouillent les bagages. Victoire ! Bien cachées dans des sacs, ils trouvent pour 23.000 francs de pièces d'or et d'argent. Une vraie fortune. La fouille terminée, les infortunés voyageurs tremblent de tous leurs membres : que va-t-il advenir d'eux ? Vont-ils être massacrés ? Non, les bandits ne sont pas des meurtriers. Leur vol accompli, ils font remonter tout le monde dans la diligence puis fouettent les chevaux qui partent au galop. Pendant quelques kilomètres, ils accompagnent leurs victimes pour s'assurer qu'elles ne se précipiteront pas pour avertir la police, puis ils disparaissent dans la nuit. Les voyageurs en seront quittes pour la peur.

 

Deux jours plus tard, les principaux journaux de la région racontent l'évènement, d'un ton scandalisé : comment un tel forfait, qui n'a "ordinairement lieu que dans les forêts et dans les endroits déserts", a-t-il pu se passer "sur la grande route si fréquentée de Lyon en Italie, et à la porte d'une ville de 250.000 habitants" ? La police ne dispose d'aucune piste. Par contre, elle sait que le temps joue pour elle : un jour ou l'autre, les malandrins finiront par dépenser leur butin. Il suffit de surveiller les auberges, et d'attendre que les pièces d'or réapparaissent. Après six mois, elles refont effectivement surface : en avril 1842, un habitant de Saint-Priest nommé Thomas Viollet, se lance dans des dépenses folles, alors qu'il passe pour n'avoir pas un sou. Il est aussitôt arrêté et interrogé. Faute de preuves, la police le relâche après quelques jours mais le poisson est ferré ; les complices de Viollet prennent peur et s'enfuient en Saône-et-Loire et en Drôme, où ils sont aussitôt repérés. Le piège se referme sur eux. La police ramène dans ses filets des complices sans importance mais aussi trois gros poissons, en l'espèce François Blanc, François Réon et Jean Duroule, commerçants et marinier le jour, chefs de bandes déjà condamnés par la justice la nuit. Après moult interrogatoires, les preuves s'accumulent contre eux. Leur procès s'ouvre le 22 décembre 1843, devant la Cour d'Assises du Rhône. En fuite, François Blanc échappe à la justice. Viollet, lui, meurt en prison durant l'instruction. Quant à Duroule et Réon, ils sont condamnés aux travaux forcés à perpétuité. En ce temps-là, l'on ne plaisantait pas avec les voleurs de grands chemins.

 

Pour aller à l'étape suivante :

  • Bus 52, arrêt "Triangle de Bron".
  • Pour ceux qui effectuent le cheminement à pieds, depuis le monument aux morts de 1944 poursuivre en direction de l'aéroport
  • S'arrêter devant la borne frontière, située en bordure du trottoir, à l'entrée Est du magasin "Feu Vert".

Ajouter un commentaire

En cours de chargement...
Un nombre illimité de fichiers peuvent être transférés dans ce champ.
Limité à 10 Mo.
Types autorisés : png, gif, jpg, jpeg.
Un nombre illimité de fichiers peuvent être transférés dans ce champ.
Limité à 10 Mo.
Types autorisés : txt, pdf, doc, docx.
11 + 6 =
7

Illustrations

  1. Vignette
    (jpeg - 132.28 Ko)
  2. Vignette

Participez !

En photos

#bronmemoire

Postez vos photos via votre compte Instagram avec les hashtag #bronpatrimoine, #bronmemoire et #bronnature et vous les verrez peut être publiées sur cette page des Chemins des savoirs.

Aucun commentaire disponible.

 

Postez votre contribution

Une anecdote, un souvenir, une histoire, une image à partager sur la mémoire, le patrimoine ou la nature à Bron, envoyez-nous vos contenus via le formulaire ci-dessous et ils seront peut-être publiés sur le site de la Ville !